Une infraction en croissance malgré la baisse du nombre d’accident.

La France connaît depuis plusieurs années une baisse quasi régulière des accidents de la route. Le permis à point, la répression et la prévention routière ont modifié le comportement des automobilistes. Mais ce constat ne se fait malheureusement pas pour la conduite de véhicule sans assurance. Cette infraction grave, punie d’une amende de 3 750 € et d’une suspension de permis de 3 ans, nous concerne à double titre (et à double tranchant).

Halte aux idées reçues, vous êtes peut-être concernés directement

Pour chacun d’entre nous, la conduite sans assurance est une épée de Damoclès, que nous ignorons. Selon les données traitées par le FGAO (le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires), il y aurait entre 370 000 et 740 000 personnes concernées.

Première idée reçue : ce sont les conducteurs sans permis. Faux, ils ne représentent que 6 % des non-assurés. Pour la grande majorité, le FGAO parle de non-assuré du quotidien, 45 % pour défaut de paiement et 34 % pour nullité de contrat. Là est le premier tranchant de l’épée de Damoclès. Car dans le terme de nullité de contrat, il se cache notre propre méconnaissance de l’assurance (les exclusions de garantie : un jeune permis déclaré conducteur occasionnel et non principal, une modification du véhicule…).

Deuxième idée reçue : ce sont les autres qui paient. Faux, nous payons tous ! Les assureurs sont mis à contribution notamment par un prélèvement sur l’ensemble des cotisations des assurés. De plus, le FGAO s’emploie à recouvrir auprès des auteurs d’infraction les sommes versées aux victimes. Si, malheureusement, vous êtes responsable d’un accident, et que par méconnaissance de votre contrat d’assurance, vous vous retrouvez dans la situation d’une exclusion de garantie, vous serez poursuivi par le FGAO jusqu’à l’extinction de la dette.

Rendez-vous sur Roulez-assuré.fr

Le FGAO est là pour pouvoir indemniser les victimes et poursuivre les auteurs. Nous pouvons tous être responsable d’un accident, un jour, alors assurons-nous que nous serons assurés.