A la rencontre de Guy Paris, premier fédéral de l’Yonne du parti socialiste

A 66 ans, Guy Paris développe une nouvelle stratégie en matière de rassemblement et de communication. Objectif : se préparer aux échéances présidentielles qui pointent leur nez à l’horizon de mai 2017…

Originaire de la Loire et issu d’un milieu ouvrier, marqué par l’influence catholique de ses grands-parents, Guy PARIS est une figure politique régionale consensuelle et pragmatique. A la tête du PS de l’Yonne depuis le Congrès de Poitiers de 2015, il prône le dialogue auprès de troupes parfois contestataires pour exercer, avec ce talent qui lui est propre, ce travail de construction nécessaire à l’intérêt commun.

« Le contexte actuel est compliqué dans l’Yonne avec une forte présence du Front national qui est arrivé en tête au soir du premier tour des Régionales, concède-t-il lucide. Le Parti socialiste a trébuché à la troisième position mais reste fortement implanté dans les grandes villes que sont Auxerre, Joigny et Avallon grâce à des têtes de liste marquantes… ».

Soucieux de la division au sein du PS, l’élu icaunais n’en prend pas moins son bâton de pèlerin pour optimiser la présence de son parti de cœur sur le territoire. « Nous travaillons autour de sujets locaux comme le développement économique au niveau des intercommunalités avec la loi Notre, l’aménagement du territoire, la concrétisation de projets forts comme sur l’Auxerrois, la synergie et la connaissance des plans stratégiques de la Région… ».

Etre à l’écoute des citoyens…

Constatant avec amertume que les jeunes se détournent du vote, Guy PARIS préconise que les citoyens doivent être informés sur les grands enjeux de la société à l’instar de l’emploi, l’innovation, l’environnement, les transports.

L’ancien cadre des télécommunications s’est alloué les services de communicants chevronnés pour développer des outils propices à ces échanges. Depuis peu, un blog spécifique est fonctionnel. Deux newsletters à destination des militants se consultent à fréquence régulière. Objectif : donner l’envie de construire ensemble. Altruiste et solidaire depuis l’époque du lycée (il vendait des crêpes pour soutenir la cause de la faim dans le monde), ce fils de fonctionnaire est inféodé à l’esprit de l’entreprise et la défense de ses valeurs. Prud’homme, il a soutenu des salariés face aux dérives industrielles qui ont secoué l’Est de la France dans les années 1970.

Son engagement politique date de 1981. Rejoignant le parti socialiste, il se forge un tempérament nourri d’objectivité et de prise de conscience sur la société. Même si les entreprises doivent bouger dans un monde en pleine évolution. Son rythme de travail est important. Il suit la stratégie portée autour de l’alliance populaire voulue par Jean-Christophe CAMBADELIS où il est judicieux de récupérer des sympathisants dans le monde de l’associatif, de l’économie, de la culture. Il adoube le programme des cahiers de la présidentielle (sept opus constitués avec des experts et spécialistes afin de tracer les perspectives de la future mandature).

Une fête de la Rose dans l’Yonne…

Le local n’est pas omis de ses réflexions. Le 05 juin, une fête de la Rose sera organisée autour des valeurs du Front populaire (80ème anniversaire) et du centenaire de François Mitterrand. Quant aux primaires, elles doivent se concevoir dans l’unité et le respect. Même si pour lui, le candidat naturel à l’élection serait François HOLLANDE. L’économie, enfin, demeure son cheval de bataille. Avec des projets autour de la fibre optique ou la protection de l’eau. Le travail et la formation l’impliquent en sa qualité de président de la Maison de l’Emploi d’Auxerre…