C’est un ouvrage d’histoire géo-politique que je vous propose pour cette nouvelle chronique. Avec La fin des Empires, tel un médecin légiste, nous allons nous plonger dans le corps sans âme de ces empires afin de comprendre le phénomène qui a causé leur chute.

Vingt contributeurs pour un ouvrage d’exception

Ecrit sous la direction de Thierry Lentz et de Pascal Gueniffey, tous deux historiens de renom, l’un président de la Fondation Napoléon, l’autre directeur d’un centre de recherche de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et du CNRS, cet ouvrage unique en son genre compile les collaborations de vingt historiens pour expliquer la chute des différents empires que le Monde a vu se succéder.

« L’Histoire n’est-elle qu’un éternel recommencement ? »

C’est par cette interrogation que commence l’ouvrage. Et si, effectivement, l’Histoire n’était qu’un énième recommencement ?
A travers ce livre de près de 500 pages, on peut légitimement se poser cette question aussi terrifiante soit-elle.

De l’empire Perse, au Saint Empire Romain Germanique, en passant par l’empire Mexicain, puis Espagnol ou Austro-Hongrois et même Français, toutes ces entités politiques et juridiques ont vu leur chute arriver par des causes similaires où presque. Mais ces causes-là sont-elles évitables ?

Pour chaque empire, son auteur retranscrit une présentation historique ; il revient notamment sur les raisons de son apparition, ses objectifs et sur les causes de sa disparition.

Aussi, à titre d’exemple, l’auteur en charge de l’empire Carolingien retrace sa création : de l’union des différents royaumes Francs à l’intervention du Pape… Les empires, et en particulier celui-ci, se créent souvent par des volontés extérieures. Charlemagne préférait davantage son titre de Roy des Francs que celui d’Empereur d’Occident... Mais le Pape avait besoin d’un défenseur qui puisse garantir l’unité de la Chrétienté en Occident, surtout en cette période trouble en Orient, où les troupes musulmanes commençaient à attaquer l’empire Byzantin… Quoi de mieux qu’un empire regroupant la quasi-totalité du monde occidental chrétien pour unifier les peuples sous une même bannière ?

Même si les causes de la disparition des empires sont souvent similaires à chaque empire, le contexte et leur propre histoire font que chaque « mort » d’un empire est un événement unique. Entre longue agonie ou bataille perdue en un jour, tout empire à une chute qui lui est propre.

A la lecture de ces vingt empires passés au crible, nous pouvons, je pense, repérer quatre causes de chute :
– la première est la mort de l’Empereur fondateur de l’empire, c’est le cas de l’empire d’Alexandre et de Charlemagne, qui se finissent en querelles dynastiques et par l’émiettement des territoires.
– La seconde correspond à la défaite d’une guerre, ce fut la cause de la fin du IIIème Reich et de l’empire du Japon.
– La troisième est une cause économique, avec le manque de matières premières lors des guerres modernes, mais également des disettes alimentaires connues, en particulier, sous l’empire Romain.
– Et la quatrième, liée à la troisième, le soulèvement des populations contre le régime impérial, comme l’empire colonial Français, Britannique ou encore Russe.

Autant de causes, parfois cumulatives, plus ou moins longues, qui ont défait les plus grands empires…

Les limites d’un tel exercice

Il existe bien des ouvrages traitant des causes de la disparition des empires, dont le petit livre de G. Martinez-Gros, Brèves histoires des Empires, mais aucun, à ma connaissance, ne reprend l’ensemble des empires ayant existé.

Vingt empires traités dans un seul ouvrage, c’est lourd, très lourd. Et, comme c’est un travail de plusieurs auteurs, on retrouve des répétitions d’explications, avec, parfois, un style un peu compliqué pour le lecteur profane, surtout pour les empires antiques, où je vous recommande fortement de disposer d’une carte géographique pour situer les frontières et les différents peuples de l’époque !

Les auteurs nous offrent la synthèse respective de chaque empire, passant alors outre certains aspects historiques. Cela peut être dommageable pour le lecteur zélé. Néanmoins, ce travail de compilation est nécessaire à la compréhension du monde d’aujourd’hui.

Le dernier chapitre est d’ailleurs dédié à l’empire… Américain ! Mythe ou réalité ? Sa chute, historiquement probable, nous l’expliquera bien davantage que son étude actuelle…

Quelques questions en une vidéo dédiée à La fin des empires