Présentation du groupe :

Avec une légère croissance de ses activités au quatrième trimestre de + 1,82 %, le groupe de CHAILLEY porte son chiffre d’affaires annuel à près de 181 millions d’euros. Un élément statistique appréciable certes, mais néanmoins en légère diminution de 2,54 % par rapport à 2014. Le premier producteur européen de volailles certifiées s’est spécialisé dans la production, l’abattage, le conditionnement et la commercialisation de volailles de qualité. Aujourd’hui, l’entreprise propose une gamme complète et variée de produits élaborés, certifiés, standards et biologiques, obéissant aux critères d’une filière réputée pour son exigence. DUC dispose de quatre unités de production en France. La société de l’Yonne est également présente depuis décembre 2007 en Bulgarie où elle vient de faire progresser son chiffre d’affaires à 4 millions d’euros.

Un marché de la volaille pas tendre…

La baisse naturelle de la consommation de volailles a été observée en 2015. Mais, ce phénomène s’est amplifié avec l’apparition de plusieurs cas de grippe aviaire (influenza) signalés notamment dans le Sud-Ouest en fin d’année. Cela a eu des conséquences significatives pour le groupe : de nombreux pays ont fermé leurs frontières aux produits français, notamment la Chine et l’Afrique du Sud, deux des principaux débouchés à l’exportation. L’ex-Empire du Milieu a même stoppé de manière drastique ses importations de volailles venant de de France le 24 novembre. Un manque à gagner indéniable.

Le poids de la grande distribution…

Sur les grandes et moyennes surfaces (les GMS), le groupe DUC a été impacté par la baisse des volumes et de l’activité, enregistrant une perte de 3 millions d’euros sur certaines gammes de produits élaborés de volaille. La cause est imputable, en partie, à la fin du contrat unissant l’entreprise volaillère au groupe KERANNA PRODUCTIONS. Les produits surgelés ont connu un repli de 4 millions d’euros avec des prix tirés vers le bas à cause d’une concurrence exacerbée des produits d’importation. Côté satisfaction, il y en a ! La gamme festive de Noël a très bien fonctionné. Avec une tendance à la croissance consumériste pour de petites pièces et des produits élaborés. Alors qu’auparavant, les pièces plus volumineuses étaient de mises auprès des consommateurs. Côté perspectives, la société de CHAILLEY n’a malheureusement aucune visibilité sur l’épisode de l’influenza. Au plan commercial, le marché étant morose et bloqué au niveau de l’export, DUC entend concrétiser de nouveaux débouchés. Vers le marché intérieur. Celui-ci offre de réelles opportunités avec le référencement du poulet sortant à l’extérieur, élevé sans utilisation d’antibiotiques et alimenté sans OGM. Enfin, l’environnement concurrentiel se concentre et pourrait constituer une opportunité de prise de parts de marché pour le groupe à l’avenir…

Le poulet Duc de bourgogne, hier déjà :

Historique de la société Duc de Bourgogne en lien ici.

1991

1990