À l’image de la course à pied, le trail suscite depuis plusieurs années un engouement croissant sur le territoire icaunais. Présentation de cette discipline exigeante mais de plus en plus accessible, dont la saison bat actuellement son plein dans l’Yonne.

Un engouement pour le trail à la hauteur de la beauté de nos paysages icaunais

Douze millions de Français courront au moins une fois par mois en 2016, soit deux fois plus qu’en 2010, révèle une étude commandée par la Fédération française d’athlétisme (FFA). Et parmi ces adeptes de la course à pied, la moitié préfère le trail à la course sur route. Curieux terme anglais signifiant « sentier », le trail est un sport à mi-chemin entre la course de longue distance et la randonnée. Il se pratique en pleine nature, seul ou à plusieurs, si possible avec du dénivelé.

Dans l’Yonne, les « traileurs » ne grimpent certes pas autant qu’en montagne, mais ils peuvent parcourir des paysages très variés à travers bois, vignes et vallons icaunais. Le nombre d’épreuves organisées dans le département a d’ailleurs plus que doublé depuis deux ans, passant de trois à sept courses reconnues par la FFA. Et pour répondre à une demande grandissante, le comité d’athlétisme de l’Yonne a même créé un championnat départemental de trail depuis cette année.

Plus de plaisir, moins de chrono

« L’engouement pour le trail s’est accéléré ces dernières années et n’est pas loin de son apogée, analyse Henry Kam, organisateur de The Trail Sens, dont la quatrième édition les 7 et 8 mai a réuni entre 1.200 et 1.500 participants sur des parcours allant de 10 à 110 km. Contrairement à la route, où toutes les courses sont assez identiques, le trail est moins agressif pour les articulations et fait moins référence au chrono. Il est plus pratiqué par plaisir, pour l’aventure  et l’exploit personnel. »

Alors que les inscriptions pour l’épreuve sénonaise étaient encore possibles sur place le jour de la course, celles pour l’Oxfam Trail walker ont déjà pris fin plusieurs semaines avant l’événement, qui se déroule les 21 et 22 mai au départ d’Avallon. Et pour cause : les équipes de quatre coureurs engagées sur ce 100 km à parcourir en moins de 30 h à travers le Morvan doivent réunir au préalable la somme de 1.500 euros, qui sera reversée à Oxfam pour lutter contre la pauvreté et l’injustice dans le monde. Depuis 2011, plus d’1,3 million d’euros ont ainsi été collectés par 705 équipes. Cette année, plus de 250 quatuors prendront le départ de la course, qui cherche encore des bénévoles…

Le trail : un véritable outil de communication pour le territoire

À Sens comme à Avallon, la portée des deux trails icaunais dépasse largement le cadre sportif, la plupart des participants venant de la région parisienne. « The Trail Sens est un des 10 plus grands trails de France, mais c’est surtout un événement pour faire découvrir le département, explique Henry Kam, qui a noué des partenariats avec plusieurs collectivités locales. L’an dernier, 61 % des coureurs n’avaient jamais mis un pied dans l’Yonne. C’est un vrai outil de communication pour le territoire. »

« Le trail s’est clairement démocratisé avec des courtes distances alors qu’au départ, c’était à partir de 42 km, constate Anne-Sophie Austrui, qui court sur les sentiers de toute la France depuis une dizaine d’années. Mais il en faut pour tout le monde, à condition de respecter la nature. »

Et dans l’Yonne, le choix est vaste pour les traileurs, qui s’adonnent également à leur passion lors des nombreuses randonnées organisées en terres icaunaises.

 

+ d’infos sur cette activité sportive en cliquant sur ce lien.