Vous avez dit marc de Bourgogne ? Il est fort probable que vous n’ayez jamais entendu parler de cette spécialité bourguignonne. En effet, cet alcool est un peu tombé dans l’oubli depuis quelques années. Ce n’est pas parce qu’il est aujourd’hui méconnu, qu’il ne mérite pas de revenir dans la lumière. Voici plus en détails ce qu’est cette boisson et comment vous pouvez la boire.

 

Marc de Bourgogne : ses caractéristiques

Très populaire au XIXème siècle, cette eau-de-vie de raisins est remise sur le devant de la scène par quelques producteurs de Bourgogne. Elle provient de la distillation de peaux, de pépins et de rafles (tiges vertes qui forment la grappe) de raisins blancs et/ou rouges, ce qui lui donne une couleur ambrée. Le marc de Bourgogne doit être élevé en fûts de chêne pendant au moins 2 ans. Au bout de 3 ans, on parle de vieux marc, de 6 ans de très vieux et au bout de 10 ans, il est qualifié d’Hors d’âge. Depuis 2011, il bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée. Il est donc soumis à un cahier des charges précis.

 

Fine ou marc de Bourgogne ?

Alors vous préférez plutôt la fin ou le marc de Bourgogne ? Contrairement au marc, la fine de Bourgogne résulte de la distillation du vin en lui-même, enfin plus précisément des dépôts qui se sont formés au fond du fût. On obtient un produit fini moins viril et plus raffiné, élégant. Tout comme le marc, la fine est élevée dans des fûts pendant de nombreuses années et est soumise à un cahier des charges strict dû à l’appellation d’origine contrôlée. Elle peut aussi être qualifiée de vieille, très vieille et hors d’âge. Elle peut aussi être dégustée à l’apéritif ou en fin de repas. Pour résumer, les principales différences sont le produit qui va être distillé et le produit fini. 

 

Comment le déguster ?

Cet alcool fort se déguste aussi bien en digestif qu’en apéritif. Si vous êtes amateur du blanc cassis, je vous conseille de remplacer le vin blanc par le marc. Cela est délicieux et le cassis apportera une touche sucrée très agréable. Il est aussi utilisé dans la composition d’une autre boisson bourguignonne le ratafia de Bourgogne. Il est composé d’un mélange de deux tiers de jus de raisin et d’un tiers de marc de bourgogne. Lui aussi est élevé en fûts de chêne pendant plusieurs mois. Autrefois, on ajoutait de l’eau-de-vie au jus de raisin pour mieux le conserver en évitant la fermentation du raisin. Vous pouvez déguster le ratafia en apéritif ou en digestif, mais attention à le servir bien frais.

De plus, le marc peut être utilisé en cuisine, dans certains produits régionaux comme la moutarde, l’époisses ou le fromage de tête. 

 

Toutes les eaux-de-vie et alcools sont bien sûr à consommer avec modération.